Back Vous êtes ici : Société Questions de société Vie affective et sexuelle Éduquer à la fertilité - Concrètement

Éduquer à la fertilité - Concrètement

L’État devrait mettre en place un plan de lutte contre les causes de l’infertilité. Mais ne devrait-on pas plutôt parler, d’une manière plus positive, d’action en faveur de la fertilité ? La manière dont les Français s’ouvrent à la vie ne devrait-elle pas être une préoccupation majeure ? La CNAFC agit depuis de nombreuses années auprès des adultes et des jeunes pour les inciter à adopter un nouveau regard, de même que les couples en espérance d'enfants ont appris à porter un autre regard sur leur fertilité. Quelques réflexions pour éduquer à la fertilité.

Le pape François plébiscite la fécondité
« Qu’elle soit matérielle ou spirituelle, la fécondité est toujours une bénédiction de Dieu » a expliqué le pape François, lors de son homélie du 18 décembre 2017, dans l’attente de la Nativité. Le pape a suggéré alors de regarder le berceau vide du Christ et de dire : « Viens, Seigneur, remplis le berceau, remplis mon cœur et pousse-moi à donner la vie, à être fécond ». Une fécondité qui ne s’inscrit pas seulement dans le cadre de la fertilité naturelle : « Malheur à nous, souligne-t-il, si nous aussi ne sommes pas féconds en bonnes œuvres. » Il ajoute enfin : « Certains pays ont choisi la voie de la stérilité et souffrent de cette maladie si mauvaise qui est l’hiver démographique […] Des pays vides d’enfants. Cela n’est pas une bénédiction. »

 

Livre - Parlons d’amour à nos enfants
IParlons damour à nos enfants livre Pelissiernès Pélissié du Rausas propose une découverte émerveillée, de l'origine de la sexualité aux enjeux de l'adolescence, en passant par la révélation de la masculinité-féminité. Cet apprentissage de l'amour se pense en termes de respect, de bonheur, de don et de communion et ouvre à la vie. Cette éducation favorise la prise de conscience de l’importance de la fertilité.
Inès Pélissié du Rausas, éd. Artège, 2019, 22 € - Trouver un exemplaire.

 

 

Fertilité concrètementBoîte à outils
Voici quelques outils que proposent les AFC pour favoriser la fertilité dans le couple et aider à l’éducation affective et sexuelle des adolescents.

Grandir et Aimer : C’est une formation destinée aux parents, ainsi qu’aux catéchistes, aux instituteurs et professeurs, pour qu’ils trouvent les mots justes pour éduquer les enfants à la sexualité. Info.

Web série Lucas et Léa : quand les mots vous manquent, cette web série disponible sur la chaîne YouTube des AFC vous permettra de prendre un peu le relais. Elle raconte deux adolescents et jeunes adultes qui découvre progressivement, en plusieurs épisodes la vie affective et sexuelle. L’objectif est d’inciter au dialogue parents-adolescents, faire réfléchir les ados et aider les parents à mieux comprendre leurs enfants durant cette période délicate.

Cycloshow/mission XY : Pour les filles et les garçons, ces ateliers se résument à cette philosophie : plus je connais les richesses de mon corps, plus je le respecte et j’en prends soin. Ils ont lieu un peu partout en France et réunissent pendant une journée père et fi ls, mère et fille.

 

Billet spirituel

Bio ou Zoé ?

Il y a deux mots grecs pour dire la vie reçue ou la vie donnée. Il y a « bio », comme les yaourts. C’est la vie qui s’épanouit tranquillement sous le soleil, la vie qui grandit, qui porte du fruit et qui ensuite, petit à petit, s’étiole pour retourner à l’état d’humus...

Et puis il y a « zoé », c’est la vie donnée en surabondance. C’est la vie qui vient de Dieu. La vie qui explose de partout, la fertilité dans la durée, la vie qui porte du fruit, mais cette fois-ci un fruit en surabondance ! La vie que rien ne peut vaincre, ni la mort, ni la corruption, la vie éternelle, la vie même de Dieu. C’est notre héritage !

Nous sommes un mélange de bio et de zoé. La bio qui plonge dans le bain amiotique de notre existence naturelle bien concrète, qui a besoin de nourriture et de sommeil, de gestation et d’hygiène. La zoé, c’est ce qui nous entraîne plus loin, plus haut, plus profond. C’est le souffle de l’Esprit-Saint, l’idéal, l’amour fou et le don de soi. La zoé, c’est la joie parfaite, le désir de la sainteté, l’élan de la mission.

L’homme qui n’accueille pas la zoé risque de vivre confortablement, comme un radis, mais pour finir desséché et creux à l’intérieur, aigre et piquant !

La zoé est notre trésor. Accueillons la vie que Dieu nous donne. Alors nous porterons du fruit à 20, 40, 100 pour un !

Philippe Verdin, conseiller ecclésiastique de la CNAFC
Père Philippe Verdin

Coup de cœur

Les filles du docteur March film ciné

Actualités des familles La Croix