Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

« Amoris Laetitia »

amoris laetitia couvLe pape François nous invite à la joie de l’amour et de la famille !

Le pape François a conclu les deux sessions du synode des évêques sur la famille qu’il avait convoquées en octobre 2014 et octobre 2015 par son exhortation apostolique La joie de l’amour rendue publique le 8 avril 2016.

La joie débordante et communicative de l'amour

Notons d’abord la présence du mot « joie » dans le titre en français de cette deuxième exhortation apostolique du pape François, tout comme dans celui de sa première exhortation apostolique La joie de l’Évangile. Mais le même mot français « joie » traduit deux mots latins différents : gaudium, c’est-à-dire joie intérieure, intime, pour « Evangelii Gaudium » et laetitia, c’est-à-dire allégresse, joie débordante et communicative pour « Amoris Laetitia ».

Cette joie débordante de l’amour est le thème de l’hymne au mariage et à la famille que nous offre ici le pape François.

Des situations réelles et des conseils pratiques

Le pape décrit en termes forts la beauté et la fécondité de l’amour de l’homme et de la femme, et soucieux de « garder les pieds sur terre » (6), il prend en considération la situation réelle des familles et toutes leurs difficultés matérielles, psychologiques et spirituelles. Le pape n’hésite pas, en pasteur, à prodiguer des conseils très pratiques aux couples pour entretenir leur amour et pour élever leurs enfants.

Une doctrine comme un idéal auquel il ne faut pas renoncer

Le pape François, en citant le concile, les grands textes de ses prédécesseurs, Humanae Vitae de Paul VI, Familiaris Consortio de Jean-Paul II, le Catéchisme de l’Église Catholique… réaffirme la doctrine constante de l’Église sur le mariage et il tient à rappeler « que d’aucune manière l’Église ne doit renoncer à proposer l’idéal complet du mariage, le projet de Dieu dans toute sa grandeur » (307).

Discerner plutôt que généraliser

Dans le huitième chapitre « Accompagner, discerner et intégrer la fragilité » le pape revient sur les situations dites « irrégulières » qui avaient longuement mobilisé les deux sessions du synode. Devant « l’innombrable diversité des situations concrètes », le pape précise qu’il n’est pas possible de mettre en place « une nouvelle législation générale du genre canonique, applicable à tous les cas » (300). Il revient donc au discernement des pasteurs d’appliquer concrètement la miséricorde de Dieu et l’aide de l’Église.

Au-delà des aspects pastoraux qui dépassent la mission des AFC, Amoris Laetitia est une grande réflexion sur l’amour conjugal, les identités masculine et féminine, l’éducation des enfants, la famille élargie, qu’il faut absolument lire et méditer.

Avortement : toujours plus !

echographieCommuniqué de presse

La litanie promouvant « le tout IVG » continue obstinément : remboursement à 100% (2013), suppression de la « condition de détresse » (août 2014), élargissement du « délit d’entrave » (août 2014), affirmation d’un prétendu « droit fondamental » à l’avortement (novembre 2014), élaboration d’un « Programme national d’action » (janvier 2015), suppression du « délai de réflexion » de 7 jours (janvier 2016).

Le Ministère des Affaires Sociales et de la Santé prévoit désormais la prise en charge à 100%, outre de l’IVG proprement dite, du parcours IVG (consultations, examens de biologie médicale, échographies pré et post IVG…) à compter du 1er avril 2016.

Ainsi, les échographies des femmes décidant de mettre fin à leur grossesse seront mieux remboursées que celles des femmes choisissant de porter leur enfant à terme, les deux premières étant remboursées à 70% !! Quelle est la validité d'un remboursement différencié alors que dans les deux cas les femmes sont enceintes ?

La mesure paraît tellement absurde que l’on pourrait même penser, si la question n’était pas si grave, à un mauvais poisson d’avril… Ce « choix » unique de l’avortement, dicté par une politique sourde, appuyée par une communication univoque qui refuse toute interrogation, toute réserve…, pourtant propres à une société démocratique, est-il vraiment de nature à permettre un « choix », libre et éclairé, pour les femmes ? Une politique de santé peut-elle, aussi, continuer à passer sous silence, « comme quantité négligeable », le sort des 220 000 enfants à naître qui, chaque année en France, ne voient pas le jour ?

Les AFC sont convaincues qu’une autre politique de santé publique est possible :

- Rembourser aussi à 100% les femmes qui font le choix de mener à terme leur grossesse !
- Développer une véritable politique publique de prévention contre le drame de l’IVG : éducation affective et sexuelle, identification des populations à risque et développement des aides dans leur direction (aides sociales, aides au logement, aides pour l’accueil de l’enfant...)

Les AFC remarquent que d’autres pays européens parviennent à faire baisser leurs taux d’IVG (Allemagne moins de 100 000 avortements pour 80 millions d’habitants). A l’approche d’échéances électorales majeures, les AFC interpelleront les candidats sur les mesures qu’ils prévoient de prendre à ce sujet. La situation où une grossesse sur 5 aboutit à un avortement ne peut perdurer dans notre pays.

Conférence sur la conjugalité avec Pascale Ide (vidéo)

Lire la suite...

GPA : le tour de passe-passe légal

Fotolia GPALa GPA strictement prohibée en France …

Aujourd’hui en France, l’assistance médicale à la procréation suit « un encadrement strict ». La PMA n’est autorisée qu’aux couples hétérosexuels mettant de côté la notion « d’infertilité sociale », « totalement étrangère au droit français, qui ne s’attache qu’à l’infertilité médicale ».

Du côté de la GPA, le principe est celui de la prohibition absolue. Elle est assortie d’une répression pénale qui punit « la substitution ou la dissimulation volontaire d’enfant, ainsi que la provocation à l’abandon d’enfant ou l’entremise en vue de cet abandon ».
(source : Le Sénat se prononce sur la PMA et la GPA : Deux poids, deux mesures, la filiation mise à mal – Site Généthique)

... mais pas à l’étranger

Cependant en janvier 2013, la circulaire TAUBIRA ouvrait déjà une brèche dans ce principe de prohibition en enjoignant « aux autorités compétentes de ne pas refuser la délivrance de certificats de nationalité française aux enfants issus de conventions de gestation pour autrui, GPA, pratiquées à l'étranger. » , brèche entérinée par le Conseil d’Etat qu’avaient saisies plusieurs associations, dont les AFC.

Un débat loin d’être clos, qui continue par décisions interposées comme celle de la Cour Européenne des Droits de l'Homme (CEDH), ou de la Cour de Cassation et par le relais de cas particuliers fortement médiatisés.

En définitive, la loi Française, avec force contournements, parvient jusqu’à aujourd’hui à maintenir un paradoxe fragile entre prohibition en France et tolérance hors du territoire.

Un débat qui fait rage au niveau européen

En décembre dernier, le Parlement européen condamnait clairement la GPA et estimait « que cette pratique, par laquelle les fonctions reproductives et le corps des femmes, notamment des femmes vulnérables dans les pays en développement, sont exploités à des fins financières ou pour d'autres gains, doit être interdite et qu'elle doit être examinée en priorité dans le cadre des instruments de défense des droits de l'homme ».

Un vote qui pourrait être hélas remis en question par un autre, à huis clos le 15 mars prochain lorsque la Commission des questions sociales de l'Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe votera le rapport « Droits humains et questions éthiques liées à la gestation pour autrui ». Un rapport dont l’auteur Belge est dans une situation flagrante de conflit d’intérêt, car militant pour la légalisation de la GPA et la mettant elle-même en pratique en tant que médecin, ou l’utopie trompeuse d’une GPA éthique porteuse d’intérêts commerciaux énormes, au détriment des femmes vulnérables. (Source : Huffington Post)

La nécessité d’un engagement fort contre la maternité de substitution

Dans ce débat où, on le voit, de nombreux intérêts sont en jeu, les droits de l’Homme et les droits de l’enfant doivent rester la priorité. Deux initiatives françaises valent la peine d’être soutenues sur ce point : No Matternity traffic ainsi que la Charte pour l'abolition universelle de la maternité de substitution.
Rappelons également le lancement de la Fédération ONE OF US, le 12 mars, soutenue par les AFC, qui veut rappeler au niveau Européen que l’embryon est l’Un de nous et qu’il ne peut faire l’objet de trafic, de commercialisation ou de réification d’aucune sorte.

En savoir plus sur la GPA : consulter la fiche des AFC

Lire aussi : l'appel de la FAFCE sur la GPA

Fin de vie : quand l'Etat endort les consciences

La proposition de loi CLAEYS-LEONETTI créant de nouveaux droits en faveur des malades et des personnes en fin de vie a été ratifiée le 2 février dernier (JORF du 3 février 2016), après son adoption à l’Assemblée Nationale et au Sénat.

En apparence, cette nouvelle loi semble être le prolongement de la loi LEONETTI votée en 2005.

En réalité, l’optique a pourtant changé. La loi de 2005 permettait de laisser mourir sans faire mourir, une loi au bénéfice des médecins selon certains. La nouvelle loi veut remettre la volonté des patients au centre, en leur donnant de nouveaux droits.

Cette loi est-elle la meilleure réponse à la souffrance ? Au moment du grand passage, que propose-t-elle à ceux qui sont près du départ ? Une anesthésie pour dormir avant de mourir, afin de ne pas se voir mourir, d’échapper à l’angoisse de la mort. Angoisse du malade, angoisse des proches qui trouvent parfois que l’agonie est longue, que la fin tarde à venir. Est-ce là la grande dignité de l’homme ? Ou est-ce la dernière révolte de l’homme face à sa destinée que de décider lui-même le moment du face-à-face avec l’éternité ?

Celui qui meurt affronte seul l’inconnu. Mais le remède à cette solitude ultime se ramène-t-il à une perfusion ? N’est-il pas dans l’accompagnement ? L’accompagnement, un chemin plus ou moins long, qu’il faut savoir doser, avec l’aide des autres, pour ne pas s’épuiser et ne pas en venir à souhaiter la fin.

La mort, ce n’est pas que l’affaire de celui qui meurt, cela concerne les proches, les familles qui font, eux aussi, l’apprentissage de la mort.

Cette nouvelle loi veut apporter une solution technique au drame de l’existence. Nous ne pouvons croire que c’est un progrès en humanité.

La véritable dignité de l’homme se trouve dans l’acceptation de sa condition de créature. Nous n’avons pas choisi le moment de notre venue au monde, ne cherchons pas à décider du moment de notre départ. Donnons et recevons de l’amour jusqu’au bout. Ne donnons pas la mort, humanisons-la.

Actualités des familles La Croix