Back Vous êtes ici : Société

Actualités Questions de Société

Quel est votre langage de l'amour ?

langage de l'amour dans le coupleGary Chapman, conseiller conjugal, pasteur et auteur à succès a été rendu célèbre par son best-seller Les langages de l'amour.

Selon lui, « Si nous voulons communiquer efficacement avec des personnes d’autres cultures, nous devons apprendre leur langue. Il en va de même dans le domaine de l’amour. Le langage de votre amour sentimental et celui de votre conjoint peuvent être aussi différents que le chinois l’est du français. »

Gary Chapman identifie cinq moyens d’expression principaux par lesquels chaque individu peut manifester son amour : les paroles valorisantes, les moments de qualité, les cadeaux, les services rendus, le toucher physique. Il se trouve rarement dans un couple deux personnes exprimant leur affection via le même moyen, d’où le problème de communication à l’origine de nombreuses désillusions.

Cette approche a depuis été exploitée et déclinée de toutes les manières possibles. Il est cependant bon d'y revenir régulièrement, que ce soit dans sa vie d'époux ou de parents, mais également pour mieux vivre la plupart des rencontres et relations qui traversent notre vie : en amitié, en famille, au travail...

Nous vous proposons aujourd'hui une démarche ludique pour aborder cette question avec votre conjoint : le quizz des langages de l'amour. Ce test vous est proposé par le site Réussir L'Amour.

Réussir L'Amour est un site destiné à aider les couples à comprendre tous les sens cachés de l’amour et à en éviter les pièges. Des experts donnent des clés simples et efficaces pour réussir une vie à deux sur le long terme et prévenir des séparations inutiles. Un site utile à diffuser autour de vous, dont le langage et l'approche sont résolument modernes. Il vous permettra peut-être de toucher cette amie, ce voisin, cette nièce qui se pose des questions, avant de lui recommander, peut-être plus tard, la lecture  de l'exhortation Amoris Laetitia !

LE FLÉAU DE LA PORNOGRAPHIE !

dossier LVA 167Communiqué AFC

Très récemment, Madame Laurence Rossignol, Ministre des familles, de l'Enfance et des Droits des Femmes a dénoncé la pornographie comme une "violence faite aux femmes" et a qualifié "l'accès facile à la pornographie" de "violence faite aux enfants".

Rappelons qu'un enfant a en moyenne 11 ans lorsqu'il est exposé pour la première fois à du contenu pornographique en ligne, selon l'association Ennocence. Cela concerne les adolescents garçons et filles puisqu'une enquête pour Le Parisien du 17/10/2013 montrait que 70 % des jeunes hommes de 15 à 20 ans surfent sur le porno et 35 % des jeunes filles. A 15 ans, 55 % des jeunes ont déjà vu un film classé X, d'après l'IFOP (Enquête du 17/10/2014, "Génération Youporn, mythe ou réalité ?").

Madame Rossignol concluait son propos en soulignant la nécessité de "lutter contre l'industrie pornographique" et "lutter contre l'accès des mineurs et des jeunes à l'image pornographique" la qualifiant "d'avilissante, pour l'amour, pour l'égalité femmes-hommes et pour la représentation que l'on a de la sexualité".

Les AFC partagent ce constat très alarmant et notent que la large diffusion des smartphones a entrainé en quelques années une très forte augmentation de l'exposition des enfants et des jeunes adolescents à la pornographie sur internet.

Les enfants y découvrent, alors même qu'ils ne sont pas concernés, une sexualité violente, dégradante pour la femme et pour l'homme et imposant un diktat de performance dans les relations sexuelles. Cette première exposition les blesse en imprimant en eux des images normatives, irréelles et brutales qui violent leur imaginaire et réduisent la personne à un objet de consommation.

Les AFC appellent depuis de nombreuses années à une prise en compte de ce fléau qui contribue à fragiliser les jeunes, mais aussi les adultes. Combien de couples éclatent-ils suite à la porno-dépendance de l'un des conjoints, avec tous les ravages que cela peut faire ensuite au sein d'une famille ?

Elles appellent les pouvoirs publics à s'armer de courage politique pour lutter contre l'accès à la pornographie en ligne, en particulier celui des mineurs, comme ils combattent toutes les addictions : contrôles parentaux, responsabilisation des fournisseurs d'accès, campagnes de prévention… Selon de nombreux spécialistes, des mesures sont déjà prévues par la loi (article 227-24 du Code Pénal, par exemple) mais demeurent non-appliquées, comme la communication d'un numéro de carte bleue avant toute connexion.

Elles demandent aussi l’application de la loi de 2003 pour une véritable éducation affective, relationnelle et sexuelle dans le cadre scolaire.

Elles invitent enfin tous les parents à accompagner leurs enfants sur cette question de l’éducation à l’amour avec respect et délicatesse, en dialoguant régulièrement avec eux.

Délit d’entrave à l’IVG : l’idéologie à marche forcée !

Communiqué de presse :

stockvault femme enceinteAu terme d’une procédure hâtive, l’Assemblée nationale a adopté aujourd’hui la proposition de loi soutenue par le Gouvernement relative à l’extension du délit d’entrave à l’interruption volontaire de grossesse.

Le texte crée un véritable délit d’opinion d’autant plus dangereux que sa formulation est floue et extensible :
[…] notamment par la diffusion ou la transmission d’allégations ou d’indications de nature à induire intentionnellement en erreur, dans un but dissuasif, sur les caractéristiques et les conséquences médicales d’une IVG.

Le témoignage, douloureux, d’une femme ayant avorté sur un site internet, sera-t-il demain délictueux ?

L’affirmation, dans une réunion publique, selon laquelle un avortement est « l’arrêt d’un processus de vie », qui ne souffre pourtant aucune contestation sérieuse, sera-t-elle considérée comme l’a laissé entendre, à l’Assemblée nationale, la Ministre des familles, de l’enfance et des droits des femmes, « un discours culpabilisant et dissuasif » et, partant, délictueux ?

Le rappel des termes exprès de l’article 16 du Code civil selon lequel « la loi […] garantit le respect de l’être humain dès le commencement de la vie » sera-t-il, demain, sanctionné ?

Et pourra-t-on, demain, librement citer Simone Veil, elle-même, disant que « l’avortement […] reste un échec quand il n’est pas un drame » ou qu’il s’agit d’un acte « qu’il convient d’éviter à tout prix » sans crainte d’être dénoncé par la police de la pensée et poursuivi ?

Ce n’est ni en niant les faits, ni en les maquillant derrière des acronymes ou un discours idéologique, ni en bâillonnant la liberté d’expression que l’on diminuera le nombre, très élevé, d’avortements en France (200 000 par an) et que l’on portera soutien et assistance aux femmes.

Souvenons-nous qu’il fut un temps où exista un délit de provocation à l’IVG (institué par la loi Veil et supprimé en 2001) et qu’il existe, désormais, un délit, vaste et flou, de dissuasion à l’IVG… L’inversion est donc totale.

C’est un jour sombre pour le droit à la vie, c’est un jour noir pour la liberté d’expression, indice de l’état de santé d’une société pluraliste et démocratique.

Dans un contexte électoral aux enjeux forts, les AFC appellent avec insistance au courage politique et à une prise en compte de l'avortement comme un problème de santé publique à part entière, et demandent à ce qu'à partir d'études sur les facteurs de risque, soient mises en place des politiques de prévention efficaces.

Gleeden : il est licite de s’affranchir de la loi !

Fotolia 76392130 XS

Lire la suite...

Actualités des familles La Croix