S'abonner à la Newsletter des AFC

Abonnez-vous à la lettre électronique mensuelle des AFC et recevez une fois par mois toutes nos brèves et nos communiqués :
Back Vous êtes ici : Nous connaître Agir Les AFC dans les medias

Les AFC dans les medias

Assemblée Générale des AFC | 25 mars 2017 : peut-on concilier travail et famille ?

AG 2017 Table RondeLa Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques (CNAFC), membre de l’UNAF et mouvement reconnu d'utilité publique, tiendra son Assemblée Générale annuelle à Paris le samedi 25 mars 2017.

Près de 200 représentants des AFC de Métropole et d'Outremer se rassembleront pour dresser le bilan d’une année 2016 dense et active.
L’occasion aussi pour les centaines de présidents et responsables de proximité de rencontrer et d’échanger avec les responsables nationaux.

L’objectif principal est fixé : porter avec enthousiasme et conviction la voix des familles dans la préparation des échéances électorales locales et nationale des prochains mois, à la lumière de l’Enseignement Social de l’Église catholique.

Cette journée permettra aussi de mutualiser les expériences, de poursuivre des travaux de fond, de faire un bilan, de dessiner des perspectives, de se former à travers des ateliers, autant que de mettre en lumière la fécondité pour leur famille, leur entourage mais aussi la société française, du travail de terrain accompli par les bénévoles.

Une table-ronde consacrée à la conciliation vie familiale / vie professionnelle viendra enrichir les r&eacutfe;flexions et les échanges, sur une question aujourd’hui cruciale pour les familles.
Olivier Faura, président du groupe TPNG – Patriarca,
Michel Rollier, président du Conseil de surveillance de Michelin,
Claire Simon, directrice des Ressources Humaines, d’un groupe industriel et
Joseph Thouvenel, vice-président de la CFTC, nous présenteront à cette occasion leur réflexion sur le sujet « Peut-on concilier travail et famille ? ».

Jean-Marie Andrès pour Famille Chrétienne - La politique familiale de Marine Le Pen

Marine Le PenJean-Marie Andrès, président des AFC, analyse les propositions de Marine Le Pen sous l'angle de la politique familiale pour le dossier Présidentielle 2017 de l'hebdomadaire Famille Chrétienne.

ARTICLE paru dans FAMILLE CHRÉTIENNE | Mars 2017 | Numéro 2043

« Une politique familiale forte mais discriminante »
Par Jean-Marie Andrès, président des AFC

Cet avis d'experts était publié dans l’hebdomadaire Famille Chrétienne dans le cadre de leur dossier personnalisé sur Marine Le Pen.

Marine Le Pen propose de rétablir l’universalité des allocations familiales et de rehausser progressivement le plafond du quotient familial. La présidente du Front National promet aussi le retour à l’exonération de la majoration de retraite pour les retraités ayant élevé au moins un enfant.

Elle veut enfin rétablir la liberté de choix des familles en matière de congé parental par la suppression de l’obligation du partage dans sa durée entre les conjoints, et entend lancer un plan d’audit sur les structures d’accueil et de prise en charge des enfants.

Toutes ces mesures participent d’une politique familiale forte et assumée. On peut regretter son caractère nataliste, puisqu’elle la conçoit comme « ayant vocation d’aider à la natalité des familles françaises ». Si la natalité est un indicateur pertinent de la santé morale et matérielle des familles, le natalisme, principalement dédié à l’accroissement de la population, n’est pas adapté à l’ensemble des besoins des familles. On ne saurait donc s’en contenter, d’autant que la politique familiale n’est pas constituée uniquement par des mesures financières, si nécessaires soient-elles. C’est en fait de la place de l’enfant et de la famille dans la société qu’il s’agit d’abord !

Enfin, il faut demeurer vigilant sur l’application du critère de nationalité à la politique familiale, qu’elle souhaite renforcer. Car si la politique migratoire relève d’abord de la responsabilité politique, en prenant notamment en compte la capacité d’accueil de la France, la politique familiale ne peut pas, en particulier pour nous catholiques, exclure d’emblée les personnes d’autres nationalités résidant dans notre pays.

Lire l'article sur le site de Famille Chrétienne

Voir notre fiche candidat sur Marine Le Pen

A lire aussi :

Notre analyse pour Jean-Luc Mélenchon

Notre analyse pour Nicolas-Dupont Aignan

« Familles, engageons-nous ! » Une campagne nationale pour soutenir concrètement la famille

lprmar

Au cours du mois de mars, les AFC vont au-devant des familles, là où elles se trouvent, pour leur proposer d’adhérer auprès de leur association familiale catholique la plus proche (300 AFC en France) : magazines, sites internet, radio, vidéos, espaces publics, églises…

Quel est l’enjeu de cette campagne ? Il est d’abord de l’ordre de la nécessité. « La participation à la vie politique est une obligation morale » affirme le pape François, rejoint dans cette approche par beaucoup d’autres… Or, l’adhésion à un mouvement qui promeut les valeurs familiales au sein de la société civile est déjà in se un véritable acte politique – et guère contraignant puisqu’il ne s’agit que d’une cotisation à verser.

Cette campagne veut également rappeler que les AFC veulent de manière pressante améliorer concrètement les conditions matérielles et psychologiques des familles. Celles-ci sont le creuset de l’épanouissement de toute personne humaine. Quand la famille va bien, c’est toute la société qui se porte mieux. Cela est avéré dans tous les domaines de la vie sociale.

Concrètement ? Adhérer aux AFC permet de bénéficier de services tels que les Chantiers-Éducation, parcours de formation salutaire pour les parents (et leurs enfants).

Enfin cette campagne nationale veut redire aux familles qu’elles ne sont pas seules dans leur coin à penser que le mariage est la meilleure garantie pour fonder la communauté familiale ou que les parents sont les premiers et principaux éducateurs de leurs enfants. Partout en France, des familles (30 000 aux AFC) s’unissent pour s’entraider et porter ces convictions que la sphère médiatique et politique a dans sa grande majorité délaissées.

En adhérant aux AFC, les familles se soutiennent et – c’est une réalité encore méconnue – jouissent d’un plus grand poids et d’une crédibilité renforcée au sein des institutions familiales.

Familles, engageons-nous ! Rejoignons les AFC ! En cliquant sur ce lien, vous êtes renvoyés vers votre AFC locale.

Jean-Marie Andrès pour Famille Chrétienne - La politique familiale de Jean-Luc Mélenchon

Jean Luc MélenchonJean-Marie Andrès, président des AFC, analyse les propositions de Jean-Luc Mélenchon sous l'angle de la politique familiale pour le dossier Présidentielle 2017 de l'hebdomadaire Famille Chrétienne.

 

ARTICLE paru dans FAMILLE CHRÉTIENNE | Février 2017 | Numéro 2038

« Des à priori idéologiques »
Par Jean-Marie Andrès, président des AFC

Cet avis d'experts était publié dans l’hebdomadaire Famille Chrétienne dans le cadre de leur dossier personnalisé sur Jean-Luc Mélenchon.

 

Si le souhait de M. Mélenchon de rétablir l’universalité des allocations familiales nous réjouit, nous redoutons que leur versement dès le premier enfant se heurte à un coût élevé, expliquant en partie pourquoi cela n’a jamais été appliqué. D’autant que plusieurs études ont montré son faible impact sur l’augmentation de la natalité.

En proposant de « faire progresser, de façon beaucoup plus ferme qu’actuellement, l’égalité des hommes et des femmes tant au travail que dans les tâches domestiques » et de « favoriser des congés parentaux de durée identique entre les parents », il privilégie leur partage obligatoire, refusant ainsi aux familles la liberté de choix en la matière.

Son souhait de mettre fin au quotient conjugal - l’imposition par foyer fiscal tenant compte des charges de la famille - au prétexte qu’il favoriserait les inégalités salariales hommes/femmes, témoigne d’une réflexion superficielle fondée sur l’hypothèse que le mode d’imposition influencerait le montant des salaires.

D’autre part, proposer de remplacer le quotient familial par un crédit d’impôt par enfant, c’est ignorer la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen qui énonce que l’impôt doit être « également réparti entre les citoyens en fonction de leur faculté contributive » et non pas sur les seuls revenus. Un crédit d’impôt, forfaitaire, ne prend pas suffisamment en compte la faculté contributive alors que le coût des enfants dépend de leur nombre. Cette approche s’éloigne d’une équité effective entre les couples avec et sans enfants.

Enfin, Jean-Luc Mélenchon souhaite « donner la priorité à la création d’un service public de la petite enfance » et ouvrir 500 000 places en crèche. Mais rien n’est dit sur le financement de cette proposition peu réaliste ni sur la nécessité de respecter le libre choix des familles.

On regrettera l’absence de vision d’ensemble sur la politique familiale, et une approche simpliste de la défense de l’égalité hommes-femmes. Le projet est, à bien des égards, peu approfondi, peu crédible, et très marqué idéologiquement.

Lire l'article sur le site de Famille Chrétienne

Voir notre fiche candidat pour Jean-Luc Mélenchon

Lire notre analyse pour Nicolas Dupont-Aignan

Lire notre analyse pour Marine Le Pen

Jean-Marie Andrès pour Famille Chrétienne - La politique familiale de Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont Aignan

Jean-Marie Andrès, président des AFC, analyse les propositions de Nicolas Dupont-Aignan sous l'angle de la politique familiale pour le dossier Présidentielle 2017 de l'hebdomadaire Famille Chrétienne.

 

ARTICLE paru dans FAMILLE CHRÉTIENNE | Janvier 2017 | Numéro 2036

« Propositions de faible envergure »
Par Jean-Marie Andrès, président des AFC

Cet avis d'experts était publié dans l’hebdomadaire Famille Chrétienne dans le cadre de leur dossier personnalisé sur Nicolas Dupont-Aignan.

« C’est à l’occasion du rassemblement de La Manif pour tous, le 16 octobre 2016, que Nicolas Dupont-Aignan a dévoilé les quatre mesures de son programme pour la famille, la cinquième touchant aux questions éthiques.

Sa première mesure est d’“augmenter de 25 % les places en crèche et [de] généraliser les cartes familles nombreuses”. Le candidat affirme vouloir faire de la politique familiale “une force de la nation”, mais sans définir ce qu’est aujourd’hui la famille, son rôle et ses attentes.

La deuxième proposition, “Revenir sur les diminutions des prestations familiales”, fait écho à son souhait de rétablir le plafond du quotient familial, abaissé par deux fois récemment. Il eût été intéressant de rappeler la distinction entre les allocations familiales, qui seules permettent d’assurer l’universalité de la politique familiale, et les prestations qui, le plus souvent, relèvent de la politique sociale. Le danger est aussi de penser que les familles ne sont intéressées que par l’aspect “monétaire” du soutien de la nation pour l’éducation de leurs enfants.

Les deux dernières propositions relatives aux violences faites aux femmes, non sans intérêt, ont un lien plus ténu avec l’objectif affiché. Soulignons que celle dédiée à la création de “structures d’accueil pour les femmes violentées et leurs enfants à l’image de l’association Léa à Yerres ” rejoint ce que de nombreuses villes ont déjà mis en place. On aurait par ailleurs aimé entendre le candidat sur les attentes des parents, premiers éducateurs de leurs enfants. Ceux-ci souhaitent notamment que l’école ne se limite pas à enseigner une simple éducation sexuelle, et qu’elle les associe effectivement dans son approche de l’éducation affective. Au final, il reste un sentiment de décalage entre l’ambition affichée pour la famille et certaines propositions de moindre envergure. » 

Lire l’article sur le site de Famille Chrétienne

Voir notre fiche candidat sur Nicolas Dupont-Aignan.

Lire notre analyse sur Jean-Luc Mélenchon

Lire notre analyse sur Marine Le Pen

Intervention de Pascale Morinière pour En Quête de sens

logo radionotredameEcoutez l'émission de Radio Notre Dame du 20 janvier 2017 :

En Quête de sens : La marche pour la vie, est-il encore utile de manifester ?

Avec les intervenants suivants :

Emile Duport, porte-parole des Survivants, membre du collectif “En marche pour la vie”, site AfterBaiz

Pascale Morinière, médecin et Vice-Présidente des AFC

Anne Soupa, co-fondatrice du Comité de la Jupe et de la Confédération catholique des baptisé-e-s francophones

Ecouter ici.

Actualités des familles La Croix