Back Vous êtes ici : Politique

Actualités Politique

Vacances : quel accès pour les familles ?

parents enfantL'UNAF, Union des associations familiales, vient de publier une étude de l’observatoire des familles sur le thème : Quel accès aux vacances pour les familles ?

"Alors que la France célèbre les 80 ans des congés payés, 40% des Français ne partiront pas en vacances cet été." L’UNAF publie une étude qui donne la parole à 17 000 familles* réparties dans 55 départements : Partent-elles en vacances ? Pourquoi ne partent-elles pas ? Qu’apportent les vacances aux familles ?

Parmi les familles interrogées qui ne sont pas parties en vacances l’année de l’étude, 77% ne sont pas parties en famille depuis plus de deux ans et 14% ne sont jamais parties. Pour rappel, on appelle « vacances », le fait de dormir seulement 4 nuits consécutives en dehors de chez soi**.

Les effets bénéfiques des vacances familiales

85% des familles considèrent que les vacances c’est avant tout « du temps en famille (parents-enfants)», Quelle que soit la catégorie sociale, c’est même l’objectif principal des familles. Les autres objectifs sont loin derrière : « se reposer » 52%, se dépayser 48%.

Les vacances sont aussi un moment privilégié de réactivation des liens avec la famille élargie (grands-parents, cousins, oncles et tantes…) : 19% des familles évoquent cette dimension et ce taux est plus important dans les départements les plus urbanisés et pour les cadres.

Le resserrement des liens familiaux est un des bienfaits principaux des vacances pour 25% des familles interrogées et 7% des familles mentionnent même qu’elles ont été l’occasion de découvrir des traits de caractère de leur(s) enfant(s).

Les conséquences du non-départ

De fait, quand ils ne partent pas, 69% des parents se sentent coupables vis-à-vis de leurs enfants ; 32% évoquent le stress et la fatigue, 29% parlent de frustration, 17% parlent de reproches et de tension avec les enfants. Ne pas partir en vacances fragilise et dégrade les liens familiaux au quotidien.

Principale contrainte : le budget

63% des répondants estiment ne pas disposer de ressources financières suffisantes pour passer de bonnes vacances. 90% de ceux qui ne sont pas partis dans les 12 derniers mois invoquent des raisons financières ; contre seulement 23% pour des raisons professionnelles et 14% pour des raisons familiales.

Une méconnaissance des dispositifs d’aide

Face à cette contrainte financière, les aides existantes sont souvent mal connues. 77% des familles ne connaissent pas ou mal les dispositifs d’aides aux vacances (Comités d’entreprise, ANCV, CAF, mairies, Conseils départementaux…). 58% des familles interrogées ne savent pas quelles démarches effectuer. Ces dispositifs sont éclatés entre des acteurs différents qui ont des actions et des logiques de ciblage de publics (conditions de ressources pour les acteurs publics, accès lié au statut pour les employeurs) très diverses. Cela nuit à la lisibilité pour les familles.

Forte de ces données, l’UNAF entend sensibiliser sur la nécessité du départ en famille et promouvoir les aides au départ.

« Loin d’être une « consommation » superflue, les vacances contribuent à la qualité des liens familiaux. Trop souvent oublié par les politiques publiques y compris de lutte contre la pauvreté, le droit aux vacances doit redevenir un élément important d’une politique sociale, mais aussi familiale. »

Marie-Andrée BLANC, présidente de l’UNAF.

Retrouvez la première synthèse de cette étude en ligne sur www.unaf.fr

* Etude n° 9 de l’Observatoire des familles menée en 2015 par 51 UDAF et 1 URAF auprès d’une sélection de 3000 ménages allocataires de CAF ayant au moins un enfant à charge âgé de 4 à 20 ans dans chacun des 55 départements participants.
** Selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), "on appelle vacances, l’ensemble des déplacements d’agrément comportant au moins 4 nuits consécutives hors du domicile."

Les Associations Familiales Catholiques : le bilan sur 5 ans

Logo Confdration V CMJN petitDepuis 2012, les Associations familiales catholiques ont sensiblement conforté leurs positions parmi l’ensemble des mouvements familiaux siégeant au sein de l’UNAF (Union nationale des associations familiales), le « parlement des familles ».

Avec une croissance de 7% sur la période, à comparer avec une baisse générale de 11% des effectifs familiaux pour l’ensemble des mouvements, les AFC se sont hissées au 3e rang des mouvements familiaux pour le nombre d’adhérents et comptent aujourd’hui près de 27 000 familles adhérentes.

Fortes de 300 associations sur l’ensemble du territoire français (métropole et collectivités d’Outre-Mer), les AFC ont également gravi un échelon sur la période, siégeant désormais au 2e rang national par le nombre d’associations.

Enfin depuis 2014, les Associations familiales catholiques se situent même au premier rang de l’ensemble des mouvements familiaux par le nombre d’implantations départementales (90).

(Source : UNAF, 2016

Le dossier : Cet été, parlons sport !

dossier LVA 166Roland Garros, le Tour de France, l'Euro, les JO… le sport rythme nos médias et notre quotidien plus encore que la politique ou la météo.
Pourtant nos enfants passent la majeure partie de leurs loisirs en position assise, un téléphone ou une tablette à la main, le pouce demeurant le seul membre à se fortifier.

Quelle place donner à la pratique sportive ? Pour quoi faire ?

A l’heure où le web nous éloigne du réel, le sport nous en rapproche. On ne fait pas reset ni reboot pendant un match de tennis ou une marche en montagne. Les points perdus sont perdus, l’erreur de parcours provoque un détour. Le sport apprend les limites, les siennes et celles du monde, il apprend à essayer de les dépasser, il apprend le bonheur de s’être donné à fond.

Le dossier de juillet « Education et sport » est téléchargeable ci-dessous.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Dossier Education et sport - LVA 166.pdf)Dossier Education et sport - LVA 166.pdf[ ]4833 Ko

L' offensive Mum, Dad & Kids en Europe

 Communiqué de Presse

18 avril 2016

Lancement d’une initiative citoyenne européenne

Offensive en Europe pour le mariage homme-femme

et la filiation père-mère-enfant

Objectif : 1 million de signatures !

Le mariage est l’union durable d’un homme et d’une femme. La famille est fondée sur le mariage et/ou la descendance, c’est à dire la filiation père-mère-enfant !

Dans un esprit de clarification mais aussi d’unité, l’initiative citoyenne Mum, Dad & Kids propose l’adoption par l’Union européenne d’une définition du mariage et de la famille dans la législation communautaire. Cette double définition, qui correspond au socle commun à toutes les législations des Etats membres de l'UE, vise à clarifier les textes européens, dont certains évoquent la famille de manière ambigüe, voire contradictoire entre ses propres textes et contradictoires avec les législations de certains Etats membres.


Des associations de toute l’Europe viennent donc de lancer une initiative citoyenne européenne dont la présentation officielle en France a eu lieu ce matin à Paris. Il s’agit d’une offensive forte pour le respect des législations nationales par l’Europe : le mariage homme-femme et la famille fondée sur le couple marié et/ou la descendance doivent être reconnus officiellement par l’Europe, les élargissements éventuels étant du ressort exclusif des parlements nationaux.

 

Pour que la Commission Européenne donne une suite favorable à la proposition de définition du mariage et de la famille, il est indispensable de collecter 1 million de signatures au moins.


L’Initiative Mum, Dad & Kids peut être signée en ligne

ou sur papier (formulaire téléchargeable en ligne).


En France, de nombreuses associations de promotion de la famille et de défense de l’intérêt supérieur de l’enfant soutiennent l’initiative Mum, Dad & Kids : Agence Européenne des Adoptés, Europe For Family, Les Gavroches, Confédération Nationale des Associations Familiales Catholiques, La Manif Pour Tous, Les Juristes pour l’enfances, les Associations Familiales Protestantes, l’Appel des professionnels de l’Enfance, le Comité Protestant pour la Dignité Humaine, Le Collectif des Maires pour l’Enfance

Contact presse :

Héloise
Tel : 06 81 70 76 58

Site de la pétition    -   Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.  


Le comité de citoyens Mum, Dad & Kids a donc déposé le 15 octobre 2015 un projet d’Initiative citoyenne européenne visant à faire adopter par l’UE une définition du mariage et de la famille unique pour toute la législation communautaire auprès de la Commission européenne. Le cadre légal de l’initiative citoyenne européenne est défini par les traités de l’Union européenne et le Règlement (UE) 211/2011. Le comité des citoyens de l’ECI Mum, Dad & Kids est composé de 9 membres citoyens de 8 Etats membres différents.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Déclarer et payer ses impôts : le numérique devient obligatoire

teledeclaration 2016La déclaration en ligne devient obligatoire. A partir de cette année et d’ici 2019, tous les contribuables devront s’y mettre.

La télé-déclaration d'impôts en ligne sur internet devient obligatoire dès 2016 pour certains contribuables sous peine d'amende. Et d'ici 2019, la télé-déclaration des revenus en ligne sera rendue progressivement obligatoire pour tous les contribuables disposant d'une connexion internet.
Les contribuables dont la résidence principale n'est pas connectée à internet (personnes âgées, territoires où internet est difficilement accessible...) seront dispensés de la télé-déclaration et pourront continuer à envoyer des formulaires papier. Ces contribuables devront cocher une case à cet effet dans leur déclaration papier pour justifier du non-respect de cette obligation.
Une amende forfaitaire de 15 € par déclaration ou annexe est appliquée en cas de non-respect de l'obligation de télé-déclaration des revenus. Toutefois, cette sanction n'est mise en œuvre qu'à partir de deux manquements constatés.

En savoir plus sur le site Comment ça marche

Cette déclaration en ligne obligatoire met fin au paiement de l’impôt (revenus, taxe foncière, taxe d’habitation) par chèque.
Le télépaiement est obligatoire dès que la somme à payer dépasse le seuil de 10 000 € en 2016.
En 2017, le seuil de télépaiement devient obligatoire à compter de 2 000 €. Il est réduit à 1 000 € en 2018 puis 300 € en 2019.

En savoir plus sur le site Comment ça marche

Actualités des familles La Croix