Back Vous êtes ici : Les positions des candidats Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan

Nicolas Dupont-Aignan : ses propositions concernant la famille

 

Nicolas Dupont Aignan c dupontaignan Wikicommons

« Debout la France doit être vigilant car il ne faut pas confondre «politique familiale» et «politique sociale». (...) Pour un même revenu, il est, en effet, logique que la politique familiale aide davantage une famille plus nombreuse. »

v politique familiale

Ses convictions sur les mesures de politique familiale :

Etat d’esprit

« Il ne faut jamais oublier que la famille, refuge et berceau de la solidarité, reste le socle de notre société.

Le système de protection sociale joue un rôle primordial dans la société française.

Chaque famille bénéficie de la solidarité nationale notamment par le biais de prestations familiales, de la protection de la santé et des retraites.

La conciliation entre vie familiale et vie professionnelle est un enjeu majeur de la politique familiale française.

Jusqu'à présent cette politique a permis à la France d'être le seul pays dans l'Union européenne à combiner des taux de natalité (1,99) et d'emploi féminin élevés (59,4%).

Rappelons qu’en aidant les familles à élever plus d'enfants, les prestations sociales contribuent, dans un premier temps, à augmenter la consommation, donc à favoriser l'économie de la France et plus tard,  à permettre le financement des retraites par le biais des cotisations salariales des enfants. »

Ses propositions

Mener une politique familiale ambitieuse

Augmenter de 20% le nombre de places en crèche (250 000 places)
Inciter les grandes entreprises de biens de consommation à mettre en place, par le biais de déductions fiscales, des cartes familles nombreuses (à l’image de celle de la SNCF)
Renforcer le télétravail et mailler le territoire d‘espaces d’accueil des télétravailleurs

Revenir sur les diminutions des prestations familiales décidées par les gouvernements Sarkozy et Hollande

Revenir sur la double baisse du plafonnement du quotient familial et rétablir le plafond à 2 336€. Coût estimé : 1 milliard d’€
Revenir sur le décalage de la prime de naissance du septième mois de grossesse au deuxième mois après la naissance
Rétablir la réduction du prix de la cantine pour les familles de 3 enfants et plus
Rétablir la 1/2 part fiscale pour les veuves et s’opposer à toutes réformes allant dans le sens d’une diminution des pensions de réversion. Coût estimé : 1 milliard d’€
Permettre aux mères et aux pères de plus de 3 enfants ayant élevé leurs enfants jusqu’à leur majorité de partir à la retraite de manière anticipée selon un système à la carte. C’est une mesure de justice et de soutien de la natalité

Préserver une certaine idée de la famille et protéger les enfants

Garantir la filiation biologique père/mère et renforcer l’interdiction pénale de la GPA (Gestation pour autrui)
Abroger la circulaire Taubira sur la nationalité des enfants nés de GPA à l’étranger
Réaffirmer et renforcer la neutralité idéologique des manuels scolaires
Lancer un plan de lutte contre les addictions (tabagisme, drogue…)
Lutter contre l’accès des mineurs à la pornographie


Accompagner le grand âge

Appliquer l’ensemble des mesures de notre projet retraite
Lancer un grand plan Alzheimer, fer de lance de nos coopérations européennes (voir projet Europe)
Doubler le nombre d’unités de soins palliatifs (USP) afin d’améliorer la prise en charge de la douleur et des besoins des malades, tout au long de leur maladie
Mettre en place des lits de soins palliatifs dans les EHPAD avec présence permanente d’une infirmière dans l’établissement
Mettre en place des formations pour les aidants qui pourront être prises dans le cadre du Congé individuel de Formation (CIF) ou du compte formation professionnel (CFP)
Agir pour que les compétences qu’acquièrent les aidants en s’occupant d’un proche puissent faire l’objet d’une validation pour être reconnues dans le monde professionnel

Donner sa chance à chaque jeune

Offrir un passage du permis de conduire dans le cadre d’un service national
Plafonner les frais de scolarité et multiplier les logements étudiants
Améliorer l’orientation des élèves en présentant les métiers deux heures par mois à partir de la quatrième
Exonérer de cotisations les emplois étudiants

Source : http://www.nda-2017.fr/theme/famille

Mesures contestées

« Les familles ont déjà été mises durement à contribution avec les mesures décidées dès 2013.

Elles ont subi l'augmentation de l'impôt sur le revenu et la diminution de certaines prestations, plus particulièrement la fiscalisation des majorations de pensions de retraite pour charge de famille pour les retraités ayant eu trois enfants ou plus.

Debout la France s'interroge sur la proposition concernant le congé parental qui, si les parents ne font pas le choix du partage de ce congé, ne bénéficieront que d'un congé raccourci.

Quelle sera la solution pour les parents, dans la mesure où le nombre de places d'accueil est insuffisant, surtout pour les familles en milieu rural ?

La branche famille ne doit pas être la variable d'ajustement du budget de la Sécurité sociale. Il faut rappeler que des transferts de charges importants de la branche vieillesse vers la branche famille ont rendu déficitaire la branche famille.

Ne faut-il pas plutôt concentrer les efforts vers la lutte contre la fraude  aux cotisations dans la mesure où elle représente, selon la Cour des Comptes, 20 milliards d'euros de manque à gagner dans le budget de la Sécurité sociale.

Récemment le gouvernement a remis en cause le principe de l'universalité des allocations familiales.

Dans ce projet de loi, les députés avaient tout d'abord adopté les amendements socialistes prévoyant la mise sous condition de ressources des allocations familiales :

Dès juillet 2015, les allocations familiales de base devraient être divisées par deux à partir de 6000 euros de revenus mensuels pour un foyer avec deux enfants et par quatre à partir de 8000 euros de revenus. Ces seuils augmenteraient de 500 euros par enfant supplémentaire.

Ce projet adopté par l’Assemblée, a été rejeté par le Sénat le week-end dernier, le texte doit être revu par une commission mixte paritaire (sénateurs et députés) pour trouver une version commune aux deux chambres. En cas de désaccord, c'est naturellement l'Assemblée qui aura le dernier mot.

Debout la France doit être vigilant car il ne faut pas confondre "politique familiale" et "politique sociale".

Pour un même revenu, il est, en effet, logique que la politique familiale aide davantage une famille plus nombreuse. »

Source : www.debout-la-france.fr 2014

 

Retrouvez dès à présent l'avis d'expert en politique familiale des AFC pour les propositions de ce candidat.

Actualités des familles La Croix