Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Sécurité domestique

Sécurité

En 2009, dites STOP AUX ACCIDENTS DE LA VIE COURANTE

Lancement du portail www.stopauxaccidentsquotidiens.fr

www.stopauxaccidentsquotidiens.fr a pour vocation de fédérer l'ensemble des informations et initiatives émanant des acteurs de la prévention des accidents de la vie courante et de les mettre facilement à la disposition du grand public et des autres acteurs concernés, parmi lesquels figurent les organisations de consommateurs, les fédérations professionnelles, les collectivités territoriales et les médias.
Cette initiative rassemble, dans un premier temps, six partenaires fondateurs : la Commission de la sécurité des consommateurs (CSC), la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF), la Direction générale de la santé (DGS), l'Institut de veille sanitaire (InVS), l'Institut national de la consommation (INC) et l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (Inpes).



Les familles doivent rester vigilantes avec les piscines privées

Pour les familles, le danger des piscines privées est toujours d’actualité. La vigilance reste de rigueur.
Il suffit de 20 centimètres d’eau et de 3 minutes d’inattention pour qu’un enfant se noie vient de rappeler la Commission de Sécurité des Consommateurs. L’an passé, un certain nombre de décès sont survenus. Même dans certains cas où la piscine est apparemment protégée par des équipements de sécurité.

Or, les piscines sont de plus en plus nombreuses dans les maisons familiales. Parents, grands parents, adultes et ados doivent donc rester vigilants.

en savoir plus

Piscines privées : agir pour éviter les accidents mortels des jeunes enfants

Communiqué de presse

La CNAFC a pris connaissance des travaux récents de la Commission de Sécurité des Consommateurs (CSC) et de l'Institut National de la Consommation (INC) qui montrent que trop de piscines sont dangereuses pour les enfants car non sécurisées, et que trop souvent les alarmes de piscine ne remplissent pas leur rôle.

Elle soutient les demandes de la CSC dans son Avis, pour une évolution des textes afin que soit exclu ce type de produits des protections obligatoires pour les piscines, tant qu’ils n’auront pas apporté la preuve de leur fiabilité ou développé des technologies plus sûres. Cet Avis demande également que soient prises les mesures législatives et réglementaires qui imposeront aux constructeurs ou aux installateurs de livrer leurs bassins avec un dispositif de protection intégré. 

Actualités des familles La Croix