Back Vous êtes ici : Vie pratique Vie quotidienne Developpement durable

Développement durable

Onze mesures pour dire stop au gaspillage alimentaire

changer ses habitudes de consommationLe ministre délégué à l'agroalimentaire vient de dévoiler les 11 mesures du plan national visant à réduire de moitié le gaspillage alimentaire d'ici 2025. Une démarche associant les grandes surfaces, les ONG de solidarité, le consommateur.
 Selon l'Ademe, le gaspillage alimentaire domestique en France représente 20 kg par an et par habitant, dont 7 kg d'aliments encore sous emballage, soit au total 1,2 million de tonnes de nourriture. Un gâchis qui représente une perte de 400 euros par an et par foyer.
Une prise de conscience des familles peut renverser cette tendance.


11 mesures pour mieux consommer

  • Un signe de ralliement manifestant la mobilisation de chacun pour lutter contre le gaspillage.
  • Une journée nationale de lutte contre le gaspillage, d'un prix " anti-gaspi ", des pratiques vertueuses et d'une labellisation de ces pratiques.
  • Des formations dans les lycées agricoles et les écoles hôtelières.
  • Des clauses relatives à la lutte contre le gaspillage dans les marchés publics de la restauration collective.
  • Une meilleure connaissance du cadre législatif et réglementaire sur la propriété et la responsabilité lors d'un don alimentaire.
  • La lutte contre le gaspillage alimentaire dans les plans relatifs à la prévention des déchets.
  • La mesure de la lutte contre le gaspillage alimentaire dans la Responsabilité Sociale des Entreprises.
  • Le remplacement systématique de la mention DLUO par " À consommer de préférence avant... ".
  • Une campagne de communication sur la lutte contre le gaspillage.
  • Une nouvelle version du site dédié, www.gaspillagealimentaire.fr.
  • Une expérimentation, sur un an, du don alimentaire par les citoyens via une plate-forme numérique, Equosphère

Source : http://www.gouvernement.fr/gouvernement/onze-mesures-pour-dire-stop-au-gaspillage-alimentaire

50 logos ADEM

Comprendre les logos environnementaux sur les produits avec l’Agence de l’environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEM), édition : avril 2013

Les Français sont nombreux à vouloir consommer responsable. Tous les produits et services que nous achetons ont des impacts sur l’environnement : les matières premières extraites, l’énergie consommée pour les fabriquer, les transporter jusqu’au magasin puis jusqu’à la maison. Ils seront enfin utilisés par le consommateur puis recyclés... ou pas !

Il n’est pas facile de se repérer dans la multitude des logos utilisés pour valoriser les éco-produits. Or les familles sont actrices du développement durable.

L'ADEME aide les familles à faire le tri entre simple argument commercial et véritable démarche environnementale du fabricant en publiant une brochure pour mieux comprendre les logos environnementaux et les guider dans leurs achats responsables.

50 logos sont passés à la loupe dans un guide téléchargeable en ligne

Automobile : remboursement du malus écologique pour les familles nombreuses

Les AFC sont intervenus dans le cadre de la loi de finances 2013 où le malus a été durci pour s’assurer que la taille de la famille serait bien prise en compte.

Il apparaît, en effet, que les véhicules des familles nombreuses, adaptés à leur taille, sont impactés par les nouveaux dispositifs. A partir de ce constat, les AFC sont également intervenues auprès du Comité des Constructeurs Français d’Automobiles pour qu’une réflexion soit conduite, au niveau des constructeurs automobiles français, pour proposer sur le marché des voitures familiales non polluantes.

Le calcul de ce malus est basé sur le taux d'émission de CO2. Pour les familles nombreuses,  le législateur a prévu un abattement  de 20 grammes par kilomètre par enfant à charge, à compter du 3ème enfant et pour un véhicule de 5 places assises et plus par foyer.

Attention : cet allégement n'est pas automatique. Il faut en demander le remboursement au centre des impôts de son domicile par le biais d'un formulaire ad hoc.
Il faut joindre à sa demande les pièces suivantes :
   - copie du (ou des) dernier(s) avis d’impôt sur le revenu reçu(s) ;
   - copie du certificat d’immatriculation (carte grise) du véhicule, délivré après le 1er janvier 2009 pour un véhicule d’au moins 5 places assises, au nom du demandeur ;
   - relevé d’identité bancaire, postal ou d’épargne au nom du demandeur (le remboursement est effectué par virement bancaire).

http://www.impots.gouv.fr/portal/deploiement/p1/fichedescriptiveformulaire_5813/fichedescriptiveformulaire_5813.pdf

Pour la généralisation de l’affichage environnemental, Mais …

Communiqué de presse
Sept associations nationales de consommateurs (ADEIC, AFOC, ASSECO-CDFT, CNAFC, Familles de France, Familles Rurales et UNAF) se sont regroupées pour évaluer l'expérimentation sur l'affichage environnemental et viennent de remettre leur rapport et avis à Delphine Batho.

Nous préconisons la généralisation de cet affichage mais émettons des conditions.

Après avoir analysé les attentes des consommateurs à partir d'une sélection d'exemples multicritères délivrés par les professionnels sur leurs produits ou services, nous demandons un affichage environnemental rendu obligatoire pour tous, établi sur la base d'un modèle-type et rendant compte des principaux impacts portés à l'environnement.

Afin de garantir l'adhésion des consommateurs à cette nouvelle forme d'information et donc sa réussite, l'affichage environnemental doit :

·         être de proximité, c'est-à-dire se trouver sur le produit ou le lieu de vente avec éventuellement un complément disponible sur un site Internet dédié indépendant ;

·         permettre l'appropriation par tous les consommateurs des messages fournis, notamment en utilisant un vocabulaire simple et compréhensible ;

·         assurer la fiabilité et la transparence des données affichées par un suivi, une évaluation et un contrôle publics.

Nous attendons que la mise en place de cet affichage se fasse graduellement dans le temps mais de manière déterminée en fixant les échéances par familles ou catégories de produits.

Nous entendons prendre toute notre place dans l'avancée en faveur d'un choix plus éclairé des consommateurs ainsi que dans la gouvernance du dispositif.

Pièce(s) jointe(s):
Télécharger ce fichier (Rapport_Final_11092012.pdf)Rapport_Final_11092012.pdf[ ]2511 Ko

Label FSC pour la gestion durable des forêts

FSC (Forest Stewardship Council, ou Conseil de bonne gestion des forêts) est une organisation internationale indépendante, non gouvernementale, à but non lucratif, et indépendante. Créé en 1993 suite au sommet de la Terre de Rio, le label FSC concerne 117 millions d'hectares de forêt à travers le monde (82 pays), soit 5% des forêts exploitées. Ce sont aussi 15.000 entreprises qui sont certifiées.
Le label FSC est un écolabel qui certifie une gestion écologiquement appropriée et une exploitation raisonnée des forêts.
Le but du FSC est de promouvoir une gestion des forêts du globe qui soit environnementalement responsable, socialement bénéfique et économiquement viable en établissant une série de principes de gestion forestière mondialement reconnue et appliquée.
Le bois FSC s'inscrit dans la lutte contre le dépérissement des forêts, et la déforestation et pour la préservation de la biodiversité.
Ce label concerne essentiellement le bois exotique, comme le teck, l'acajou, l'ébène, le palissandre, l'azobé, le bangkiraï, le merbau ou le moabi, issus de forêts et plantations d'Indonésie, d'Afrique, du Vietnam, du Brésil...
En achetant des meubles ou des produits certifiés FSC (reconnaissable à leur logo), vous adoptez une démarche de consommateur responsable en faisant un choix éclairé vers des produits issus d'une gestion forestière socialement, écologiquement et économiquement responsable.

FSC (Forest Stewardship Council, ou Conseil de bonne gestion des forêts) est une organisation internationale indépendante, non gouvernementale, à but non lucratif, et indépendante. Créé en 1993 suite au sommet de la Terre de Rio, le label FSC concerne 117 millions d'hectares de forêt à travers le monde (82 pays), soit 5% des forêts exploitées. Ce sont aussi 15.000 entreprises qui sont certifiées.

Le label FSC est un écolabel qui certifie une gestion écologiquement appropriée et une exploitation raisonnée des forêts.

Le but du FSC est de promouvoir une gestion des forêts du globe qui soit environnementalement responsable, socialement bénéfique et économiquement viable en établissant une série de principes de gestion forestière mondialement reconnue et appliquée.

Le bois FSC s’inscrit dans la lutte contre le dépérissement des forêts, et la déforestation et pour la préservation de la biodiversité.

Ce label concerne essentiellement le bois exotique, comme le teck, l'acajou, l'ébène, le palissandre, l'azobé, le bangkiraï, le merbau ou le moabi, issus de forêts et plantations d'Indonésie, d'Afrique, du Vietnam, du Brésil…

En achetant des meubles ou des produits certifiés FSC (reconnaissable à leur logo), vous adoptez une démarche de consommateur responsable en faisant un choix éclairé vers des produits issus d’une gestion forestière socialement, écologiquement et économiquement responsable.

Actualités des familles La Croix