Recevez nos communiqués

Abonnez-vous à nos communiqués de presse (1 à 4 envois par mois) :
Back Vous êtes ici : Communiqués de presse 2012 Campagne d'information sur la contraception : quelles alternatives ?

Campagne d'information sur la contraception : quelles alternatives ?

Communiqué de presse
L'Institut National de Prévention et d'Education pour la Santé (INPES) lance aujourd'hui, mercredi 26 septembre, une campagne d'information sur la contraception, destinée particulièrement aux adolescents.

 
En lançant cette campagne, l'INPES pointe une nouvelle fois le paradoxe français : non-recul du nombre de grossesses " non-prévues " alors que " la France est l'un des pays les plus avancés en Europe en ce qui concerne la contraception". 91% des femmes en âge de procréer ont une contraception.

 
Les Associations Familiales Catholiques (AFC) tiennent à rappeler que le moyen proposé ne permettra pas de résoudre le problème soulevé.

En effet, l'enjeu de la question est d'abord éducatif. Il ne se résume pas à prévenir les MST et à verrouiller la fécondité. Il s'agit de développer une véritable éducation affective et sexuelle, seule à même de remédier de manière durable au " problème du manque d'adéquation entre le contraceptif et la vie affective et sexuelle " souligné par l'INPES.

Par ailleurs, plutôt que de mettre toutes nos adolescentes sous contraceptifs, il serait utile d'étudier les populations de jeunes filles qui démarrent une grossesse, d'identifier des facteurs de risque et de lutter contre ceux-ci.

D'autre part, pour les AFC, la cause principale du nombre élevé de grossesses chez les mineures réside dans les visions limitées et incomplètes de la sexualité qui circulent aujourd'hui dans la société. Pour beaucoup d'adolescents, en effet, la pornographie tient lieu de référence en matière de sexualité. Cette dimension est soulignée de façon récurrente maintenant par de nombreux rapports officiels.
 
Pour les AFC, développer une véritable éducation affective et sexuelle de leurs enfants doit aller de pair avec le souci d'aider les parents à accomplir leur rôle de premiers éducateurs de leurs enfants dans ce domaine aussi, plutôt que de les démissionner d'office en proposant un accès libre, anonyme, gratuit à la contraception pour les mineures.  

Actualités des familles La Croix